Dan Ar Braz - Parrain de l’Association Céline et Stéphane

" Voilà une dizaine d’années que j’accompagne l’équipe de Céline et Stéphane sur la route de la solidarité, une large avenue qui traverse la Bretagne, un exemple qui se dessine comme un défi à l’indifférence. Cet accompagnement m’a beaucoup appris sur les autres et sur moi-même...

 

Si les grandes manifestations de solidarité hexagonales sont utiles pour aligner " les chiffres " nécessaires pour la recherche et le soin des malades, il ne faut jamais oublier que c’est dans le tissu social d’un quartier, d’une rue et d’une région que peux s’établir une vraie solidarité durable qui commence par le regard porté sur la précarité qui nous environne souvent.

 

La solidarité que j’appelle " wifi ", devant sa télé avec les images choc du jour, avant que l’on les oublie pour passer à d’autres, sans lien, juste un coup de fil " sans fil ", cette solidarité pourrait devenir " virtuelle " si elle prenait la place du regard qu’il nous faut porter chaque jour sur nous même et sur les autres dans notre plus proche environnement.


Par ailleurs quel intérêt de demander à des enfants de récolter des pièces jaunes pour dépenser en frais divers inutiles et scandaleux 8 fois plus que l’argent récolté ?


Alors que la politique hexagonale, de tous bords, se noie dans un terrible jeu de gamins dangereux qui risque de nous coûter très cher, je veux croire à ma région et l’exemple qu’elle donne, comme celui des autres régions d’Europe que je suis près à suivre s’il est bon.


Quand l’exemple ne vient plus " d’en haut " , de ces hautes sphères parisiennes, politiques et médiatiques, je vous défie de trouver mieux que ce qui existe dans les petites actions locales, lotos, randos, soirées diverses... Dans tous ces domaines la Bretagne excelle.


Ne donnant pas le bon exemple la politique de ce Pays met en péril les fondations de la solidarité en Bretagne comme ailleurs.


De voir les donneurs de sang se faire de plus en plus rare en est un exemple et il y en aura malheureusement d’autres.


De marcher simplement avec les autres contre la mucoviscidose, la leucémie ou toute autre maladie, dans un chemin de Bretagne ou d’ailleurs, partager quelques paroles ou quelques silences est pour moi un des plus beaux hommages à la vie, le sentiment d’être enfin utile pour mieux se regarder dans la glace le matin."