La chimiothérapie

Pour quelles maladies ?

 

En cas de leucémies et de lymphomes

Dans la plupart des cas de leucémies et de lymphomes, un traitement par chimiothérapie est administré. Le plus souvent, il commence avec une phase initiale d’induction par perfusion intraveineuse de molécules permettant de stopper la multiplication des cellules cancéreuses. Cette phase a pour but d’éliminer complètement les cellules anormales de la moelle et du sang du malade. Une phase de consolidation lui succède, avec d’autres molécules ou des traitements parfois moins dosés pour stabiliser l’état du patient et prévenir la rechute. Elle peut se faire par voie orale ou intraveineuse.

 

Dans certains cas, ces traitements chimiothérapeutiques peuvent être poursuivis sur une longue durée (chimiothérapie d’entretien), complétés par de la radiothérapie notamment pour certains lymphomes, ou suivis d’une greffe de moelle osseuse.

 

En cas de myélome multiple

Le myélome multiple se traite également par chimiothérapie mais uniquement pour les stades avancés. Ce type de traitement administré à des patients de stade I n’a pas montré d’efficacité et n’est donc pas recommandé en première intention, en raison des lourds effets secondaires qu’il génère.

 

Le ratio bénéfice / risque

 

 

Les molécules utilisées en chimiothérapie touchent en partie des cellules saines et sont responsables d’effets secondaires. Le ratio bénéfice/risque reste positif et de plus en plus de démarches se développent pour essayer de soulager ces effets indésirables (gestion de la douleur, soins de support …). La recherche avance et devrait permettre le développement de nouvelles thérapies (lien vers quelle page ?) ciblant plus spécifiquement les cellules anormales.